Les exterieurs

Le domaine est principalement composé de trois parties : à l'est, le parc paysager, au sud,le jardin pittoresque abritant les ruines de la première maison forte, et à l'ouest, des prairies pâturées et un vallon boisé.
facade nord chateauLa façade nord du château ouvre sur l’étang du parc et son île. Cette dernière, autrefois accessible par deux ponts de rocaille (un seul subsiste), a été travaillée en creux pour créer un effet de profondeur ; les arbres les plus anciens sont quant à eux rehaussés sur les côtés. Plusieurs plantations ont depuis vu le jour dans le parc paysager, sans toujours respecter l’esprit ou les proportions des arbres plus anciens. Certaines allées présente encore un profil encaissé permettant au regard de filer sur les pelouses sans être interrompu.
A l’est du château, un dénivelé a été aménagé en théâtre de verdure près d’un gîte (probablement implanté sur les fondations de l’ancienne orangerie). En continuant à descendre dans ce vallon boisé, on remarque une grotte en rocailles dont la partie supérieure est aménagée en belvédère, une glacière et le lit d’une ancienne rivièreanglaise se déversant en chutes successives. Près de l’ancien réservoir asséché où subsiste les empierrements d’une cascade, on découvre les ruines du premier château dans lequel Joachim du Bellay a vécu, constituées aujourd’hui de trois tours démantelées que relient un chemin de ronde, une chapelle et une fuie.
Au cœur des ruines, des marronniers constituent une sorte de mail près des remparts. A l’ouest de la chapelle du XVIII e siècle,derrière le porche, on découvre une vue imprenable sur la vallée de Robinets et on aperçoit en surplomb les anciens jardins en terrasses actuellement en friche.
L’allée principale est bordée au nord par un mur de soutènement sur lequel étaient adossés l’ancienne serre et son rocaillage. En remontant par un escalier, la promenade mène à une ancienne charmille, autrefois taillée court pour conserver la vue sur le paysage depuis la terrasse du château. Dans le voisinage, se remarque la fuie du XVIII e siècle pouvant abriter 1100 pigeons.
Au sud ouest du château, un sentier mène à l’emplacement de l’ancien potager où subsistent quelques arbres fruitiers. A l’extrémité du chemin se trouvent les bâtiments de l'Institut Thérapeutique Éducatif et Pédagogique (ITEP). Depuis cet endroit, on aperçoit toujours la vallée mais aussi quelques nouveaux lotissements sur le coteau d’en face. Dans une pâture entretenue par des moutons, on discerne la base octogonale d’un kiosque à musique, fabrique offrant un écho à l’atelier de lecture de la comtesse, installé un temps dans la chapelle.
Enfin, le nord-est du domaine abrite, derrière une prairie, d’autres bâtiments servant aux activités sportives.